Les animaux

Chat européen de forêt sauvage

Pin
Send
Share
Send
Send


Un chat des forêts est un représentant éminent du foie long avec un caractère capricieux. Dans l'article, je parlerai des caractéristiques de la race, du mode de vie et des règles d'alimentation d'un animal en peluche. Je ferai également attention à la question de l'élevage et de garder un chat à la maison.

Description de l'apparition d'un chat de forêt sauvage

À première vue, il est peu probable qu'il soit possible de trouver des différences entre un chat de forêt et un animal de compagnie. Cependant, les zoologistes distinguent les caractéristiques suivantes de la race:

  • paramètres corporels plus grands,
  • bout émoussé de la queue,
  • corps dense
  • les jambes sont basses et le corps allongé,
  • oreilles écartées, ont la forme d’un triangle légèrement arrondi, il manque des brosses,
  • la queue est plus moelleuse.

Les paramètres de la femelle, comme ceux des animaux domestiques, diffèrent de ceux des mâles: la longueur du corps atteint 70 cm pour un poids de 4-6 kg, tandis que l'individu mâle atteint 90 cm de long avec un poids de 7-8 kg.

La hauteur des chats de forêt peut atteindre 40-43 cm au garrot

La couleur des chats des forêts est semblable à celle des Murkas décoratifs ordinaires: un fond gris avec des rayures sombres (marron et noir) sur tout le corps et les membres. Mais la vision et l'audition chez les animaux sauvages sont beaucoup plus développées, ce qui ne peut pas être dit de l'instinct.

Une incision oculaire large donne au chat un attrait particulier, rend le regard plus expressif. Couleur des yeux - jaune-vert avec le soi-disant troisième siècle - membrane clignotante.

L'espérance de vie est de 15 ans et dans les habitats naturels, l'âge atteint 30 ans.

Habitat du chat

Le sentier historique d'un chat de la forêt est célébré depuis l'Antiquité, il y a exactement 12 mille ans. À cette époque, de nombreux représentants de la flore et de la faune s'étaient éteints à cause du climat froid, et cette race a réussi à survivre et à se reproduire avec succès, en croisement avec des chats domestiques sauvages.

L'habitat est devenu de hautes montagnes et des forêts denses situées dans la partie européenne et centrale européenne (de l'ouest de la Russie, du Caucase aux îles britanniques, y compris la péninsule balkanique).

En outre, il existe des races d'animaux sauvages qui vivent en Extrême-Orient, il s'agit d'un chat extrême-oriental (léopard) et d'un chat de la forêt de l'Amour.

Mode de vie et nutrition

Dans la nature, les chats des forêts vivent seuls et ne se rassemblent en petits groupes que pendant la période des amours. L'endroit habituel est lisse. Les individus adultes marquent leur territoire, occupant une superficie allant jusqu'à 2 hectares et dans des zones montagneuses allant jusqu'à 60 hectares.

Activé animal la nuit, en raison de ses habitudes de chasse. Le taux quotidien de chats naturels est supérieur à 10 rats ou souris (en captivité, le taux quotidien de viande est de 900 grammes). Dans des conditions naturelles, les chasseurs parviennent à attraper jusqu'à 20 rongeurs.

Dès que l'animal sort de son abri, le prédateur tombe littéralement sur lui, couvrant ses pattes, ne laissant aucune chance de s'échapper. Un chat des forêts attrape gracieusement des canards directement dans l'étang, assis sur une branche suspendue au-dessus de l'eau.

À ce moment, lorsque la proie nage, le chat attrape sa patte avec ténacité par le cou ou le dos. Les écureuils n'y échappent pas non plus, par leur capacité à sauter d'arbre en arbre, en surmontant de grandes distances, ils ne sont pas inférieurs les uns aux autres.

Les chats des forêts se nourrissent de petits oiseaux et de rongeurs

Les aliments pour un chat de forêt vivant dans la nature sont:

Caractère et habitudes

Comme tout prédateur, un chat de forêt est actif principalement la nuit, le jour étant consacré au repos. Cependant, l'animal prend un temps couvert pour se coucher, alors il peut être vu à la recherche d'une proie.

Le processus de chasse est assez amusant, le chat ne gaspille pas d’énergie: avec une poursuite infructueuse, il attend une nouvelle victime.

La timidité et le taux de réaction permettent au chat de la forêt de submerger des proies assez grandes, dépassant sa taille plusieurs fois. Sautant sur le dos de la victime, le prédateur ronge l'artère carotide, ne laissant aucune chance de survie. Les friandises sont les organes internes des animaux.

Lorsque vous pêchez de petits animaux et des rongeurs, vous ne perdez pas moins d’énergie, car au moins 20 d’entre eux sont nécessaires pour apaiser la sensation de faim.

Histoire d'origine

Selon les dernières données scientifiques, des chats sauvages sont apparus lors du Pléistocène, qui s'est achevé il y a environ 11 700 ans et se caractérise par des conditions climatiques extrêmement rudes. L'offensive et le retrait successifs des masses glaciaires sur les continents ont provoqué un changement brusque de climat, qui a déclenché une forte activation des processus de spéciation. Cela a conduit à une grande variété de nouvelles formes dans le monde animal et végétal, plus adaptées aux conditions de vie réelles (rhinocéros laineux, mammouths, cerfs géants, lions des cavernes, etc.). Tous les animaux n'ont pas été en mesure de s'adapter au climat en constante évolution, beaucoup sont morts. Mais les chats ont réussi, ils ont maîtrisé les forêts denses et les hautes montagnes pour vivre.

Les chats sauvages vivent sur la terre depuis près de 12 mille ans

Le nom scientifique du chat sauvage européen des forêts est European Wildcat. En latin - Felis silvestris Schreber. Ce qui peut être traduit par - "sauvage, vivant dans la forêt."

Les scientifiques pensent que la domestication des chats a eu lieu lorsque des personnes étroitement engagées dans l'agriculture ont commencé à mener une vie sédentaire. Ils ont stocké des cultures qui ont attiré de nombreux rongeurs. Ce qui, à son tour, est devenu une proie facile pour les chats.

Description de l'espèce

Si le chat de la forêt aménage son domicile non loin des gens, il se rendra sûrement. Pour les éleveurs, les chats sauvages représentent un réel danger, car la volaille (oies, poules, canards, etc.) devient souvent leur proie. Il est assez difficile de distinguer visuellement un sauvage des forêts d'un chat domestique ordinaire; un animal sauvage attire donc rarement l'attention.

Wild European Cat est très similaire au chat domestique

Données externes

Le chat sauvage a une couleur marron et gris fumée avec des taches ocres. Le long de la moelle épinière, en partant des omoplates et parfois avec une queue atteignant, se trouve une longue bande étroite, presque noire. Des bandes longitudinales sombres et fines courent également le long des joues et de la calotte. Les côtés et le côté extérieur des pattes sont d'un ton uniforme, hétéroclite, clair avec des taches brunes ou de petites rayures. Les poils sur le ventre et à l'intérieur des pattes sont assez légers avec une teinte ocre.

Sur le dos du chat est une bande sombre.

Le manteau est plus haut et plus épais que celui d'un homme vivant avec des gens. Sur la queue, plusieurs bandes noires transversales (5-7) sont visibles. La pointe est toujours sombre. En hiver, la fourrure devient plus uniforme, duveteuse et épaisse. La mue de printemps a lieu en avril-mai, puis en novembre, le manteau de fourrure d'hiver repousse. La couleur estivale de la fourrure est un peu plus colorée et les taches ocre-brun sont plus prononcées. Cela permet au chat de se fondre dans le paysage forestier environnant.

Les principales caractéristiques de la race sont les suivantes:

  • la longueur du corps des mâles peut atteindre 0,9 m, celle des femelles - 0,7 m,
  • le poids dépend fortement de la saison, de l'abondance des proies et de l'âge de l'animal: le mâle - 3,5–7,8 kg, la femelle - 2,7–6 kg,
  • hauteur au garrot: mâle - jusqu'à 0,43 m, femelle - jusqu'à 0,4 m,
  • la constitution est forte et dense,
  • tronc allongé, allongé,
  • membres de longueur moyenne, pattes postérieures plus puissantes,
  • petite tête avec de grandes mâchoires massives et un nez net légèrement allongé,
  • griffes rétractables,
  • les oreilles sont petites, triangulaires, légèrement arrondies, bien espacées, pas de gland aux extrémités (il y a de petits poils individuels sur les bords),
  • la queue est courte (comparée au chat domestique) avec une fourrure moelleuse et dense, la fin est émoussée (comme coupée),
  • les dents sont petites mais très coupantes
  • moustaches (vibrissae) longues, pas de cils,
  • les yeux jaunes, parfois jaune verdâtre, sont assez proches les uns des autres et sont dotés d'un pli conjonctival (membrane clignotante) supplémentaire, qui protège contre une variété de blessures accidentelles et autres.

La bête de la forêt a un appareil auditif et visuel bien développé, l’odorat est légèrement plus faible. En général, les chats sauvages sont beaucoup plus massifs et plus grands que les animaux de compagnie ordinaires.

À l'aide d'une moustache, le chat détecte facilement sa proie

Vibrisse (moustache) que le chat utilise pour détecter sa proie, qui est très proche du museau. La vision de la bête est arrangée pour qu'il ne puisse pas voir les objets situés sous son nez. Les moindres mouvements de la victime permettent au prédateur de s'en apercevoir à temps.

Les chats sauvages européens ont un caractère méfiant et souvent agressif, la convivialité ne diffère pas. Ils vivent toujours seuls, car ce ne sont que des prédateurs. Unissez-vous exclusivement pendant la période d'accouplement. Chaque animal vit sur une parcelle individuelle d'environ 2 à 3 km² (dans des montagnes allant jusqu'à 50 à 60 km²), dont les frontières sont farouchement gardées et protégées. Toute la zone du territoire est marquée à l'aide d'un secret odorant sécrété par des glandes anales spéciales. Le propriétaire ne laisse l'odeur caractéristique qui lui est propre que sur les buissons, les arbres, les souches et les cailloux, en se frottant la tête ou la partie arrière du corps contre eux. Ces animaux n'aiment pas les étrangers, ils ne comptent même pas avec leurs proches.

Les chats sauvages sont agressifs et hostiles

Un chat sauvage évite une personne en essayant de ne pas s'approcher du logement. Si les gens s'installent près de lui, il s'enfonce encore plus loin dans le désert.

Des observations personnelles. Les chats sauvages sont souvent gardés dans des zoos. Bien qu'ils ne soient pas apprivoisés, ils se sentent bien dans les cellules spacieuses. Surtout avec une bonne nutrition. Mais ils ont toujours l'air extrêmement sérieux, voire grave. Il y a toujours une foule de visiteurs près de leurs enclos, ces animaux éternellement lugubres et insatisfaits ont l'air si inhabituels. En même temps, ils restent beaux et imposants.

Le chat sauvage attire l'attention avec une expression triste et contrariée du museau

Mode de vie et habitudes d'un chat de la forêt

Le chat sauvage est le plus actif la nuit, le crépuscule et les heures précédant l'aube. Le jour, elle préfère dormir dans sa tanière permanente ou dans un autre lieu isolé. La chasse part avec le début de la soirée. L'activité se manifeste entre 1,5 et 2 heures avant le coucher du soleil, puis prend une courte pause. Peu de temps avant l'aube, la bête repart à la chasse.

Les chats sauvages sont plus susceptibles de chasser au crépuscule.

Le chat européen chasse plus souvent à partir d'une embuscade, mais peut se faufiler sur une cible inaperçue. En approchant de la distance désirée, il effectue plusieurs sauts puissants et sa griffe. Parfois, attendre la victime à l'entrée de son trou ou dans un endroit isolé. Avec une tentative manquée, il ne poursuit presque jamais un trophée en fuite sur le sol. Cependant, dans la chaleur, chasser un écureuil peut facilement sauter de branche en branche, comme une martre. Une proie de grande taille tente de lui sauter sur le dos, d’atteindre le cou et de ronger l’artère. Il tue les petits rongeurs en se mordant la nuque ou la nuque, après l’avoir fermement saisie avec des griffes.

Wildcat attend souvent une victime en embuscade

Un chat sauvage a une grande oreille. Ses oreilles tournent très rapidement et peuvent détecter la source d’un son haute fréquence inhabituel (jusqu’à 25 000 vibrations par seconde). Il capture le bruit ultrasonore créé par un petit rongeur ressemblant à une souris.

Les chats européens peuvent attendre les rongeurs à la sortie du trou

Dans le noir, chat sauvage parfaitement orienté. Peut attraper avec succès l'animal, qui ne voit pas, grâce à une excellente audition. Les arbres grimpent très bien et font parfois des abris haut dans les cimes, presque au sommet de la tête. Par temps nuageux peut sortir pendant la journée. S'il pleut, l'animal ne quittera jamais le repaire sans un besoin urgent. Wildcat ne supporte pas les pluies et les pluies, il préfère donc attendre le mauvais temps dans un abri sec. La chasse sera reportée à un autre jour.

La bête nage de façon décente, mais elle le fait extrêmement à contrecœur. Même s'il est gravement menacé, il préférerait grimper à un arbre plutôt que de plonger dans l'eau.

Chat européen sauvage miaulant dans une voix de poitrine basse

Le chat sauvage miaule d'une voix rauque et utérine. Mais généralement, ces animaux sont plutôt silencieux. Ce n'est qu'à la fin de l'hiver, au début de la période d'accouplement, qu'ils se permettent d'exprimer leurs émotions avec différents grognements, sifflements et reniflements. En raison de la structure particulière du larynx et des cordes vocales peuvent ronronner. Un chat en colère ou agressif fait un hurlement et un sifflement menaçant.

Le régime alimentaire du chat de la forêt est extrêmement diversifié:

  • oiseaux (canards, foulques, cailles, faisans),
  • œufs d'oiseaux et poussins,
  • rongeurs (écureuils, campagnols, gerbilles, rats, taupes, hamsters),
  • lièvres et lapins,
  • les insectes,
  • serpents, lézards,
  • poissons d'eau douce, écrevisses, escargots, palourdes,
  • rats musqués, furets, martres et autres petits prédateurs,
  • feuilles vertes de certaines herbes,
  • ongulés (œufs).

Les chats sauvages chassent tous les jours, car ils ne reçoivent que suffisamment de nourriture pour une fois. Pendant la nuit, la bête peut surmonter jusqu'à 10 km tout en mangeant jusqu'à 20 petits rongeurs (environ 500 g de viande). En gros gibier, il ronge les organes internes (foie, cœur, etc.).

La bête chasse tous les jours, car il n'y a que suffisamment de proies pour une fois.

Un chat de la forêt mange, accroupi sur ses pattes arrières et légèrement penché. La nourriture pique les morceaux en utilisant les dents latérales. La viande ne se déchire jamais.

Les animaux se distinguent par une lourde gourmandise. S'il y a beaucoup de nourriture, même un petit chaton de 1,5 à 2 mois peut manger environ 10 petits rongeurs par jour.

Élevage

Les chats atteignent la puberté à l'âge de trois ans environ et les femelles à deux ans. La période de l'ornière principale a lieu pendant les mois d'hiver (janvier-mars). A cette époque, les animaux des deux sexes marquent activement leur territoire et poussent des cris de voix. Un chat prêt à se reproduire dégage des arômes musqués spécifiques qui attirent les hommes. Autour d'elle, plusieurs personnes du sexe opposé, très agressives, se livrent de temps en temps à des combats violents. Dans les groupes de mâles, il peut y avoir non seulement des chats d'une espèce, mais aussi des animaux de race. La femelle s'accouple avec elles, de sorte que la progéniture est rarement une race pure.

Au cours de la ornière, les chats sauvages et les chats marquent vigoureusement leur territoire

Dans la bataille pour la femelle et pour la paternité des futurs chatons, le mâle le plus puissant et le plus durable gagne.

Quand une chatte tombe enceinte, elle aménage un repaire pour la naissance et l’élevage de chatons dans de vieux terriers inutilisés, des crevasses et des fissures de roches ou dans des creux abandonnés de grands arbres. Le fond de la tanière est garni de plumes et d'herbe, ce qui en fait une literie moelleuse pour les futurs enfants. La grossesse dure de 63 à 68 jours. Il y a généralement 2 à 4 chatons (rarement jusqu'à 7) dans la portée, qui sont nés aveugles, sourds et couverts d'un léger pelage duveteux. Le chaton pèse entre 200 et 300 g. Après deux ou trois jours, les petits rampent un peu. Après 11-15 jours, ouvrir les yeux. Chaque mois, les animaux sortent avec plaisir, batifolent, courent, jouent entre eux et grimpent sur les arbres les plus proches.

Chat sauvage européen fait une tanière dans des terriers ou des crevasses de roches

La mère leur donne du lait pendant 3-4 mois, mais à partir de 1,5 mois environ, ils commencent à manger des aliments solides (viande). Et déjà à partir de deux mois, les chatons suivent leur mère à la recherche d'une proie, où elle leur enseigne toutes les compétences utiles. Le chat apporte une proie vivante au trou afin de le montrer aux enfants comme outil pédagogique. La femelle protège activement sa progéniture et, en cas de danger, déplace rapidement les chatons vers un autre endroit plus sûr. Malgré la vigilance du chat, qui tente de ne pas quitter le lionceau pendant longtemps, le taux de mortalité parmi eux est assez élevé.

À partir de deux mois, le chat emmène les chatons à la chasse.

Les juvéniles ont une couleur plus variée, différente de celle des adultes. Des taches et des taches brun foncé sont dispersées sur tout le corps, elles se confondent dans le dos en grandes lignes, la queue et les pattes sont recouvertes de nombreuses rayures transversales. Mais à cinq mois, les chatons sont également gris-or. Vers cette époque, les jeunes mâles laissent la mère à la recherche de leur territoire de chasse, tandis que les femelles restent sur le site parent.

Les chats ne prennent aucune part à la culture et à l’élevage des jeunes. Toute préoccupation pour la progéniture repose sur le chat.

De temps en temps, la femelle peut chatonner une seconde fois. Les chatons les plus récents naissent à la fin de l'automne ou au début de l'hiver.

Ennemis d'un chat européen

Un chat de la forêt sauvage a des ennemis pour qui il est un objet de chasse. Les loups, les renards, les lynx, les hiboux et les faucons sont les plus dangereux. Mais l'animal est bien adapté à la vie à l'état sauvage, il est donc extrêmement difficile de l'attraper. Une bête en bonne santé laisse facilement presque n'importe quel ennemi terrestre, car elle grimpe instantanément sur de grands arbres et grimpe dessus parfaitement. Le chat est capable de bien se cacher et de se cacher dans les crevasses des rochers.

Le plus grand danger pour les chats sauvages jeunes et inexpérimentés est la martre.

Les martres constituent un grave danger pour les jeunes chats sauvages. Lorsqu'ils les chassent, les jeunes inexpérimentés deviennent souvent la proie des martres, bien qu'ils soient beaucoup plus grands qu'eux.

Habitat et rôle dans l'écosystème

Le chat sauvage des forêts peut être rencontré dans certaines parties de l'Europe, en Asie mineure, dans les régions du sud-ouest de l'Ukraine, ainsi que dans les territoires russes jusqu'aux montagnes du Caucase. La bête préfère s’installer dans des forêts de feuillus décidus (parfois de conifères). Peut vivre en terrain montagneux (sur des sites rocheux) à une altitude supérieure à 2-3 km. Иногда выбирает для обитания берега рек, селится в густом кустарнике или зарослях тростника.

Дикие кошки обустраивают постоянные логова в заброшенных барсучьих и лисьих норах или в дуплах больших деревьев, не забираясь слишком высоко. Жилища выстилаются сухой подстилкой, состоящей из листьев, травы, мелких веток и перьев. Les abris temporaires sont des dépressions sous des pentes rocheuses abruptes, de petites fosses ou simplement un épais entrelacement de branches. La bête est souvent utilisée pour le reste des vieux nids abandonnés de grands oiseaux (hérons).

Chat européen sauvage peut organiser un abri temporaire dans les arbres

Pendant la saison chaude, il change souvent de colonie, essayant de s'échapper des puces et autres parasites sujettes au sang, qui dérangent particulièrement l'animal en été. En plein hiver, on peut utiliser une seule tanière pendant longtemps, car il est difficile de se déplacer dans la neige épaisse. Il y a des cas où les chats des forêts se sont installés dans les greniers des greniers, des cottages, des granges et d'autres bâtiments.

Un animal qui s’installe près d’une habitation humaine peut causer des dommages importants, car il chasse la volaille. Étant donné que, dans certains cas, le chat ne mange que de petits rongeurs, il est plus souvent bénéfique à l'état sauvage. Mais il peut détruire les œufs et les poussins de précieuses races d’oiseaux (turachi, faisans, etc.).

Avec un renard, un chat de forêt sauvage est considéré comme porteur d'un certain nombre de maladies infectieuses dangereuses (rage, toxoplasmose, etc.).

Chat européen sauvage en captivité

Le chat de la forêt sauvage européenne est apprivoisé avec beaucoup de difficulté, il est très difficile de le garder en captivité. L'animal perçoit les espaces clos extrêmement durs. La sauvagerie et l’indépendance génétiques ne peuvent être vaincues par l’habillement et l’éducation. Cependant, de nombreux zoos dans le monde contiennent ces animaux, où ils se sont reproduits avec succès.

Garder un chat européen sauvage à la maison est très difficile

Des observations personnelles. Il était une fois un chaton sauvage est venu à notre maison. Il a été ramassé par un chasseur compatissant familier dans la forêt. En apparence, l'animal était âgé de 5 à 6 mois. Il se blottit sous le placard, siffla constamment et gronda, refusant de prendre de la nourriture. Pour le prendre en main et il n'y avait aucune question. Des griffes et des dents acérées rendaient le chaton dangereux pour les autres. Pendant environ deux semaines, nous avons essayé de l'apprivoiser, mais tout était inutile et le bébé est resté complètement sauvage. Pendant ce temps, il était très maigre et a commencé à mal paraître. Je devais le ramener au sein de la nature.

Caractéristiques de maintenance et d'entretien

Il est difficilement possible de garder un chat de race dans un appartement car il est extrêmement inconfortable pour le prédateur d'y vivre. Les conditions de la ville ne sont absolument pas adaptées à cet animal.. Les chatons nés de la nature héritent d'instincts de prédateur et d'une attitude prudente envers les gens d'une mère sauvage. Un animal sauvage adapté aux conditions naturelles nécessite une certaine liberté et un espace considérable pour se déplacer. Par conséquent, ménage privé plus approprié avec la possibilité de garder un chat dans une volière spacieuse.

Il est recommandé d'acheter des petits chatons (âgés de moins de 2 à 4 mois) auprès d'éleveurs professionnels contenant déjà plusieurs générations d'animaux sauvages domestiques. Dans ce cas, le chat peut être apprivoisé. Mais elle sera toujours extrêmement attachée à la liberté, indépendante et indépendante et ne sera jamais affectueuse. Les bébés nés en captivité s'habituent à une personne dès les premiers jours de sa vie. Les habitudes prédatrices sont un peu ternes, les animaux se nourrissent d'une personne, deviennent plus sociables et réagissent à l'affection.

Il est recommandé d'acheter des chatons auprès d'éleveurs professionnels.

Il n'est pas conseillé d'emmener un chat sauvage dans la maison si d'autres animaux y vivent déjà. Ils peuvent difficilement se faire des amis. Une tentative de coexistence peut aboutir à une tragédie.

Nourrir un chat européen sauvage devrait être aussi naturel que possible. Dans son régime alimentaire comprennent les produits suivants:

  • viande maigre (boeuf, poulet, lapin, etc.),
  • produits laitiers
  • poissons de rivière,
  • les abats (foie, cœur, poumons, etc.),
  • les oeufs.

Il est nécessaire de donner à l'animal familier des complexes de vitamines et de minéraux. Les animaux adorent l'herbe à chat et les choux d'avoine.

L'alimentation des chats sauvages en captivité doit être équilibrée.

Une bonne nutrition est extrêmement importante pour les chats des forêts. La perturbation de l'alimentation peut entraîner un déséquilibre entre le ratio calcium et phosphore dans l'organisme et une augmentation des traumatismes chez l'animal (fragilité des os). Une constitution massive et un poids lourd aggravent encore la situation.

Les soins appropriés pour ces prédateurs consistent en des vaccinations régulières, en prenant des médicaments antihelminthiques, en coupant une griffe, en nettoyant les yeux et les oreilles. Il faut prendre soin des médicaments contre les puces (gouttes sur le garrot, les colliers, etc.). Il est nécessaire de peigner constamment la laine, surtout pendant la période de mue.

Longévité et santé

Le chat européen génétiquement sauvage a une excellente santé et une forte immunité. Cependant, avec une alimentation inadéquate et de mauvaises conditions, les animaux souffrent de plusieurs maladies:

  1. Maladie rénale polykystique. Multiples formations kystiques dans le bassin du rein, entraînant une perturbation du système urinaire.
  2. Glycogénose. Pathologie héréditaire très rare causée par un manque d'enzymes spéciales. Les chatons meurent dans les premiers mois de la vie.
  3. Cardiomyopathie hypertrophique. Pathologie du système cardiovasculaire, héréditaire.
  4. Dysplasie rétinienne. Provoque une diminution de la vision.

Avec de bons soins, la durée de vie d'un chat de forêt en captivité atteint 30 ans, ce qui dépasse de beaucoup la durée de vie dans des conditions naturelles.

Nombre d'espèces

La taille de l'aire de répartition du chat européen sauvage au cours des dernières décennies a considérablement diminué. Les populations de ces animaux sont considérablement réduites en raison du nombre croissant de villes et de la formation de zones suburbaines. En Europe, ils sont presque partis. La principale menace pour l’espèce est une forte réduction des zones forestières. La densité maximale ne dépasse pas 20-30 individus par hectare, mais le plus souvent elle ne dépasse pas 2-3 pièces par 1 km². L'évolution du nombre de petits rongeurs ressemblant à des souris, ainsi que les conditions météorologiques défavorables (hivers rigoureux), ont un impact significatif sur la taille de la population. Souvent, la bête tombe dans les pièges et les pièges.

Le nombre de chats sauvages européens a considérablement diminué au cours des dernières décennies.

Le chat sauvage d'Europe centrale est inscrit à la convention CITES (annexe II).

En Russie, le chat sauvage est reconnu comme une espèce rare et petite commune dans une zone limitée. Il est protégé dans plusieurs réserves et réserves (Tiberdinsky, Caucase).

Je veux tout savoir

Chat sauvage ou forêt, Wildcat européen Nom latin: Felis silvestris Schreber.

Initialement, la zone recouvrait la majeure partie de l'Europe occidentale et centrale: au nord - jusqu'en Angleterre et à la mer Baltique, au sud, comprenait l'Espagne, l'Italie, la péninsule balkanique, l'Asie mineure, le Caucase, sa frontière nord-est traversait les régions occidentales de l'ex-Union soviétique. Or, cette sous-espèce habite l’Europe occidentale et orientale, le sud-ouest de l’Ukraine et le Caucase. Pour vivre, il préfère les forêts mixtes sourdes. S'il s’installe en montagne, il peut atteindre une hauteur de 2 à 3 km au-dessus du niveau de la mer.

Le chat sauvage mène la vie nocturne et au crépuscule. N'aime pas la gadoue, temps nuageux. Par conséquent, s'il pleut la nuit, le chat européen s'assiéra dans son repaire et le lendemain partira à la chasse. Souvent, ils chassent avant le coucher du soleil et à l'aube.


Les chats des forêts sont des individualistes qui vivent seuls et ne s'unissent que pour la période d'accouplement. L'habitat s'étend de 1 à 2 hectares dans les marais et de 50 à 60 hectares dans les montagnes. Les limites du site de son maître sont marquées par le secret parfumé des glandes anales. Les mâles pendant l'ornière à la recherche de femelles peuvent aller assez loin du lieu de résidence principal. Pour les abris permanents, un chat sauvage dans les bois choisit généralement des cavités basses de vieux arbres. En montagne, il trouve également refuge dans les crevasses de rochers, les vieux terriers de blaireaux et de renards.

Il est à noter que dans les endroits où il y a beaucoup de trous de blaireau, le chat en eux ne dispose pas seulement d'abris permanents, mais échappe également au danger, même s'il y a beaucoup d'arbres autour. Un creux ou un terrier destiné à la reproduction est tapissé d'herbe sèche, de feuilles, de plumes d'oiseaux. Les abris temporaires sont de petites fosses, des dépressions sous les falaises, parfois simplement un dense entrelacement de branches. Dans les marais, le chat se cache souvent pour se reposer dans la fourche des arbres, dans des nids de hérons abandonnés.

Les souris et les campagnols constituent la base de la nourriture du chat de la forêt; la deuxième place appartient au poulet et à la sauvagine. Dans les zones montagneuses, il attrape et mange également des écureuils et des loirs, d'oiseaux - faisan, keklika, perdrix. Dans ses plaines inondables, ses principales proies sont des canards de différentes espèces, des bergers, ainsi que des rats d'eau et des rats musqués. Pendant la saison de reproduction, les chats sauvages détruisent de nombreux nids en mangeant des œufs et des poussins. Dans les années où il y a beaucoup de lièvres, le chat de la forêt les chasse avec succès. Dans les plaines inondables du fleuve en période de pêche en eaux peu profondes. Vivant à côté d'un homme, porte une bonne quantité de volaille.

Malgré sa taille relativement petite, le chat des forêts est un prédateur assez sérieux. Ainsi, il attaque les ongulés, tels que les chevreuils, les chamois, les chèvres domestiques et sauvages. Là où il y a beaucoup de rats Pasyuk ou de hamsters ordinaires, ils tombent régulièrement sur la dent du chat, même si tous les chiens ne risquent pas d'attaquer ces rongeurs plutôt méchants. Là où le nutria est élevé, le chat pénètre dans la ferme et porte les jeunes. Parfois, des chats sauvages attaquent des membres de la famille des belettes - l’hermine, la belette, le furet. Les Cunhas se défendent toujours désespérément et peuvent étrangler eux-mêmes le chat malchanceux.

Pendant la chasse, le chat s'éteint pendant 1 à 2 heures avant le coucher du soleil. Au milieu de la nuit, il se repose un peu; à l'aube, il est à nouveau actif. Le plus souvent, il cache la proie et effectue des sauts de 2 à 3 sauts sur une longueur de 3 mètres. Si le premier lancer échoue, le prédateur ne poursuit généralement pas la proie échouée. Il rampe vers le haut de petits rongeurs, assis près de la sortie du trou ou à la fissure dans les pierres. Dans les marais, le chat installe une embuscade sur un arbre bas au-dessus de l'eau, à partir duquel il tente d'attraper un canard flottant avec sa patte ou de l'attraper en sautant sur le dos. À la poursuite d'un écureuil, un chat des bois peut grimper au sommet de grands arbres, sautant parfois d'un arbre à l'autre, comme une martre. Le chat saisit un petit sacrifice avec ses pattes et le tue en se mordant l'arrière de la tête. Attaquant un plus gros animal, il lui arrive de sauter sur le dos et d'essayer de se ronger le cou.

Avec une abondance de nourriture, la bête est assez vorace: un chaton dans 1,5-2 mois peut manger jusqu'à 10 souris par jour, un chat adulte en captivité mange jusqu'à 900 g de viande. Le chat de la forêt, comme tous les petits chats, mange assis sur ses pattes postérieures et se penche, et ne pose pas ses pattes antérieures sur le sol (ses coudes sont relevés). Il mord généralement les morceaux de nourriture avec les dents de côté et ne les arrache pas.

Cette bête s'éloigne habilement de tout poursuivant terrestre, se cachant dans les arbres ou dans les crevasses des rochers. Le chat de la forêt nage bien, mais monte à contrecœur dans l’eau, même lorsqu’il est poursuivi. Un chat sauvage cherche sa proie à l'aide de l'ouïe et de la vue, son odorat est peu développé. Transfère sans le vouloir difficilement, mal apprivoisé. La voix est un miaulement enroué plutôt faible. Comme tous les petits chats, il peut «ronronner» en inspirant et en sortant: ceci est assuré par la structure spéciale du larynx, qui distingue les petits chats des grands - les panthères. En général, le répertoire vocal est très diversifié: différentes émotions sont exprimées par un reniflement, un grondement sourd, un sifflement.

Le chat des forêts se reproduit 1 à 2 fois par an. La principale ornière se situe entre janvier et mars. À ce moment-là, hommes et femmes marquent souvent le territoire plus souvent que d'habitude, poussant des cris bruyants et tristes. Les mâles, en groupes marchant après une femelle, se battent de temps en temps pour en prendre possession. Les chatons de la première portée naîtront en avril-mai, les plus récents au début du mois de décembre. Le plus souvent, la femelle apporte 3 à 6 chatons, ils sont complètement impuissants, couverts de poils rebondis. La couleur du jeune est différente de celle de l'adulte: des taches brun foncé sont dispersées sur le corps, se fondant dans le dos en larges rayures, les pattes postérieures et la queue sont striés de nombreuses rayures transversales. Ces caractéristiques, qui vont bien au-delà de la coloration des chats adultes de la forêt, correspondent au type ancien de coloration des petits chats sauvages.

Le mâle ne participe pas à l'élevage de la progéniture. Tous les soins incombent à la femelle: si les chatons sont petits, elle ne les laisse pas seuls pendant longtemps, protège soigneusement les petits prédateurs tels que le furet ou l'hermine des attaques, en cas de danger, elle se traîne dans un nouveau repaire. L'allaitement dure 3 à 4 mois, mais au bout d'un mois et demi après la naissance, les chatons essaient de manger de la viande. À cet âge, ils commencent à sortir de l'abri de nidification et, comme il convient aux jeunes poussins, tâtonnent et jouent sans fin, grimpant souvent sur les arbres voisins. Là, ils sont en danger et se cachent. À l'âge de deux mois, les chatons commencent à suivre la chasse à leur mère. Deux ou trois mois plus tard, ils se séparent et deviennent des chasseurs indépendants.

Le chat de la forêt européenne a de nombreux ennemis qui le chassent périodiquement. Parmi eux se trouvent les plus dangereux loups, renards, chacals. Mais il est très difficile d'attraper un chat (à la fois sauvage et domestique), car il s'échappe de tous les prédateurs terrestres dans les arbres, sur lesquels il grimpe parfaitement.

Le chat de la forêt sauvage, ou plutôt sa sous-espèce de race blanche, est répertorié dans le livre rouge comme une espèce rare habitant un territoire donné.

La sous-espèce de race blanche F. s., Vit en Russie. caucasica. La zone située en Russie couvre les régions méridionales des territoires du Daghestan, de la Tchétchénie, de Stavropol et de Krasnodar, de la Kabardino-Balkarie, de l'Ossétie du Nord et de l'Adygea. La limite nord de l'aire de répartition dans le territoire de Krasnodar est d'environ 45 ° N, à l'est. la frontière descend 1-2 degrés sud. Sur les territoires adjacents, le chat des forêts vit en Géorgie, en Arménie et en Azerbaïdjan.

Un chat de forêt ressemble à un chat domestique gris ordinaire, en particulier en ce qui concerne la coloration. Il est donc souvent difficile de les reconnaître, d'autant plus que les chats domestiques sont souvent déchaînés. Sa queue est plus courte que celle d'un chat domestique, duveteuse et épaisse, à la pointe émoussée. Les oreilles sont moyennes, arrondies-triangulaires, sans pompons, largement espacées. Le pelage est de longueur moyenne, relativement uniforme - seuls les poils de la queue sont beaucoup plus longs. Manteau d'hiver moelleux et épais. Les chats sauvages muent deux fois par an: la mue printanière se termine en mai, la mue d'automne à la mi-novembre.

Les traces ne se distinguent pas des traces d'un chat domestique et ne sont que légèrement plus grandes chez les adultes. Les chats ont cinq doigts sur chacune des pattes avant et seulement quatre doigts sur leur postérieur. Les chats ont des griffes qui peuvent se rétracter dans la gaine lorsqu'elles ne sont pas utilisées.

Cependant, le chat vit dans des régions plus au sud dépourvues de forêts, peuplées principalement de marais, de buissons de roseaux et de talc le long des rivières et même de la mer (au Daghestan, par exemple). Ici pour lui au moins les arbres individuels sont d'une importance particulière, dans les creux dont il organise le logement. Un chat sauvage peut même vivre sur des îles flottantes: un repaire est généralement situé dans le centre, à côté, un terrain de jeu où les chatons sont mangés et les chatons jouent, et un peu plus loin, des toilettes. Dans les vallées fluviales, entre marécages et garrigues, on le trouve parfois avec le chat de Kamyshev.

Dans les montagnes du Caucase, il vit à une altitude allant de 2 500 à 3 000 m, principalement dans la ceinture de forêts de feuillus, moins souvent dans les forêts de conifères. Dans la partie inférieure du Terek et du Kouban, vit dans les roseaux et les fourrés d'arbustes. Préfère les zones forestières sourdes.

Ennemis: Ennemis et concurrents du chat de la forêt - chat à anches, lynx, chacal, renard, martre. En particulier, dans les Carpates, le départ du chat des zones où le lynx est entré a été noté. Le danger le plus grave, malgré sa supériorité en taille, concerne le chat martre - lui-même une proie de chat sauvage -, il provoque la mort de nombreux jeunes chats, en particulier en Europe centrale. En ce qui concerne le chat de roseau, son aire de répartition ne croise celle de forêt que par endroits - en particulier dans le Caucase et même là, ces espèces sont séparées biotopiquement: le roseau habite les zones basses et la forêt s’installe plus haut - sur les versants de la montagne. Il n'y a pas de données concernant le renard, le chacal évite lui-même un chat sauvage, laissant la charogne à son apparition et ne recommencant à manger qu'après le départ du chat.

Le chat de la forêt est un prédateur typique avec une large gamme de proies. Sa nourriture habituelle est constituée de petits rongeurs: souris, campagnols, loirs. En second lieu se trouvent les oiseaux, en particulier les poulets - au Daghestan, par exemple, les couvées de perdrix et de faisans souffrent d'un chat sauvage. Les petits oiseaux jouent un rôle moins important dans le régime alimentaire. Au siècle dernier, le chat chassait une outarde et, une fois dans le repaire, on retrouvait même les plumes de l'aigle à queue blanche.

Dans les habitats proches de l'eau, sa nourriture principale est le rat gris, le campagnol d'eau, le rat musqué, parfois le nutria et les oiseaux qui nichent ici - foulques, chaps, canards gris. Le chat attrape le poisson, en particulier la truite dans les petits cours d’eau pendant le frai, mange des écrevisses, des mollusques, des insectes, parfois des plantes, principalement des feuilles de carex et des céréales. Il chasse les lièvres et les lapins, les insectivores (taupes, musaraignes), les reptiles (lézards et peut-être des serpents) et peut chasser les petits prédateurs (fouines, hermines, furets, martres). Ses attaques contre les jeunes chevreuils et chamois ont été signalées à plusieurs reprises, peut-être même par certains chats.

Les chats des forêts sauvages ont une audition et une vision bien développées, leur talent est plus faible. Les oreilles de chat peuvent pivoter rapidement pour identifier la source d'un son particulier et peuvent répondre à des fréquences pouvant atteindre 25 000 alternances par seconde. Из-за этой способности, коты могут слышать даже ультразвуковые шумы, создаваемые маленькими грызунами. Это иногда позволяет им обнаружить и захватить добычу, которую они не видят. Их зрение хорошее, но вероятно не лучше, чем у людей. Количество цветов, которые видят коты меньше, чем человеческий спектр. Глаза котов расположены на передней части головы. Хотя это позволяет им иметь превосходное восприятие глубины (стереоскопическое зрение) - полезный инструмент при охоте, коты не могут видеть объекты непосредственно под их носами.Ils ont également la capacité de voir même de très petits mouvements, ce qui les aide à détecter leurs proies à temps. Leurs yeux sont adaptés à la vision dans une lumière tamisée pour la poursuite d'une proie au crépuscule du soir ou avant l'aube.

Les moustaches, ou vibrisses, sont un autre organe sensoriel exceptionnel chez le chat. Les moustaches sont des poils spéciaux qui sont utilisés comme organes sensoriels extrêmement sensibles. Le chat utilise ses moustaches pour déterminer si son corps peut se faufiler à travers de petits trous, tels que de petits tuyaux ou d'autres objets. Ils les utilisent également pour détecter le mouvement des proies à proximité de leur museau.

Le chat est principalement nocturne, bien qu'il existe des informations sur la chasse de jour, principalement par temps couvert et surtout en été. Habituellement, la chasse commence une heure ou deux avant le coucher du soleil, au milieu de la nuit, il faut se reposer, et à l'aube, le chat se remet à la proie. Un chat sauvage européen a parcouru 10 km par nuit.

Les creux, les crevasses dans les falaises et les terriers d'autres animaux servent de refuge habituel. Parmi les pierres et dans les terriers, les chats tapissent les habitations avec de l'herbe sèche, des feuilles, des plumes et, dans les creux, ils se contentent de la litière naturelle de poussière. En été, ils changent souvent de lieu de repos en essayant de se débarrasser des puces, particulièrement nombreuses à cette époque, mais en hiver, lorsqu'elles sont difficiles à déplacer, elles peuvent rester longtemps dans la même tanière. Pas une seule fois, ils ont remarqué leurs traces près des maisons humaines et même dans les bâtiments eux-mêmes - dans les greniers des hangars et des chalets.

Grimpe parfaitement aux arbres. Chasser depuis une embuscade ou un skradom, bouger complètement en silence.

Selon les objets de la chasse, ses méthodes sont différentes, mais il y a aussi des moments généraux. Le chat se faufile généralement jusqu'à la proie, et quand il s'approche, il l'attrape, fait plusieurs sauts et échoue au sol, il ne le suit pas. Cependant, si la victime sautait sur un arbre alors qu’elle chassait, elle pourrait la pourchasser, grimper jusqu’au sommet et même sauter d’arbre en arbre. Parfois, le chat regarde la proie à la sortie de son terrier ou de tout autre abri.

Petit chat chat griffe et tue, mordant dans le cou ou le cou, grands sauts sur son dos, essayant de ronger l'artère carotide. Si la chasse est réussie, un chat sauvage peut manger plus de deux douzaines de souris pesant au total environ un demi-kilo, mais chez les grandes proies, il ne s'intéresse généralement qu'à l'intérieur - le cœur, les poumons et le foie. En captivité, un animal adulte consomme généralement jusqu'à un kilogramme de viande par jour.

Dans les montagnes du Caucase se caractérisent par des migrations saisonnières régulières, notamment par les hivers neigeux et froids

Structure sociale: mène un style de vie solitaire secret. Le site individuel occupe environ 2-3 km2.

Pour communiquer, les chats utilisent une variété de sons qui communiquent des intentions différentes, ainsi que certains signaux visuels lors d'une réunion personnelle, tels que: lever les poils sur le côté dorsal, bouger la queue et les expressions faciales.

Les mâles de chats sauvages marquent les limites de leur territoire en pulvérisant de l'urine «parfumée» sur divers objets de leur parcelle. Les chats ont des glandes odorantes sur le front, autour de la bouche et près de la base de la queue. Le chat frotte ces glandes sur divers objets pour les marquer de son odeur.

La proximité génétique de la forêt et des chats domestiques dans certaines conditions est une condition préalable à la formation de formes hybrides, dont la fréquence d'occurrence augmente proportionnellement au degré de transformation anthropique des habitats naturels et à la perturbation de la structure de la population du chat de la forêt. Cependant, dans les conditions du Nord. Le problème de la pureté génétique de la population de chats des forêts du Caucase n’est pas aussi grave qu’en Europe occidentale et méridionale.

En raison des relations agressives entre les chats pendant la période de rut, il existe un doute sur la possibilité d'une compétition réussie des mâles domestiques, plus petits et plus faibles, avec des sauvages. On en conclut que l'hybridation ne peut affecter que le type de chat domestique. Cependant, non seulement les mâles sont sujets à la sauvagerie, mais apparemment, les femelles sont également touchées, et la progéniture des mâles sauvages qu'elles élèvent en conditions libres demeurera toujours avec la population sauvage, se mêlant en quelque sorte à celle-ci.

Ainsi, si la possibilité même d’hybridation entre un chat domestique et un chat sauvage est tout à fait naturelle, les opinions sur ses écailles naturelles réelles divergent sérieusement.

Les chats qui s'installent près de l'habitation peuvent manger de la volaille. Le chat de la forêt blesse la destruction de divers oiseaux, mais il se nourrit parfois presque exclusivement de petits rongeurs, qu'il mange en grand nombre, ce qui présente un avantage évident. Dans le Caucase, dans les endroits où il y a de nombreux faisans et turacs, il est sans aucun doute nuisible car il détruit ces précieux oiseaux.

Sa valeur commerciale n'est pas grande. Bien que dans le milieu du XX siècle. le nombre de chats a été influencé par la chasse - dans les années 50. dans le nord du Caucase, jusqu'à 5 000 peaux sont récoltées chaque année. Dans les conditions modernes, la chasse n’est pas un facteur limitant important et n’est généralement pas ciblée. Le chat de forêt tombe souvent dans les pièges et les pièges posés sur des martres.

Les chats locaux sont porteurs de toute une gamme de maladies pouvant être transmises à l'homme, notamment la rage, la fièvre féline et plusieurs infections parasitaires.

Répertorié à l'Annexe 2 de la CITES, l'Annexe 2 de la Convention de Berne.

Il est protégé dans un certain nombre de réserves (Caucase, Teberdinsky, etc.) et dans les réserves du Nord-Est. Caucase La catégorie: 3 est une espèce rare avec un petit nombre et commune dans une zone limitée. Aucune mesure de sécurité spéciale n'a été développée. Le problème de la préservation d’un chat de forêt en Russie est étroitement lié au problème de la rationalisation des activités d’exploitation forestière dans le Nord. Caucase et la préservation d'une ceinture unique de forêts de feuillus.

Pour plusieurs raisons, dont la principale est la réduction des forêts, dans de nombreux pays européens, le chat des forêts a disparu. En tant qu'espèce disparue, elle est inscrite dans le livre rouge de la Biélorussie. Sa préservation en Lituanie pose problème. En Moldavie (environ au milieu des années 80), il restait 60 à 70 personnes. En Ukraine, il s'est récemment répandu assez largement: partout en Polésie, en particulier à l'ouest, dans les Carpates - à une altitude de 1 200 à 1 400 m - et dans la Transcarpathie, ainsi que dans le sud-ouest le long des cours inférieurs des rivières. Aujourd'hui, il n'est conservé que dans les Carpates (300 à 400 individus) et éventuellement à l'embouchure du Danube.

Au cours des dernières décennies, le nombre et l'aire de répartition du chat de forêt du Caucase en Russie ont diminué principalement en raison de la destruction de biotopes naturels. Voir disparu dans le cours inférieur de la rivière. Sulak (Daguestan), le nombre de personnes vivant dans les régions montagneuses a diminué en raison de la destruction en cours des forêts de feuillus. Dans les biotopes les plus optimaux, la densité de population peut atteindre 20-30 individus / km2, mais ne dépasse généralement pas 1-2. La densité de la population de chats des forêts dans les conditions du Caucase est sujette à des fluctuations avec des périodes d'environ 2-3 ans, qui sont généralement associées à la dynamique du nombre de rongeurs ressemblant à des souris et à des conditions météorologiques défavorables (hivers froids et neigeux).

Les données sur le nombre total de chats des forêts en Russie ne sont pas disponibles. Au Daghestan à la fin des années 80. il y avait environ 100 individus de cette espèce.

Alors la voici - notre chat habituel. Un parent proche, sinon le même, est un chat sauvage européen.

Et c'est là que notre rubrique a commencé: Wildcats: MANUL

La vie en captivité

Le chat de forêt de race, en raison de ses caractéristiques physiologiques, a besoin d’espace et de liberté. Il n'est pas recommandé de garder de tels animaux dans de petits appartements urbains. Ils conviennent mieux à une maison privée ou à un appartement de grande surface.

Avoir "caractère complexe», le chat de la forêt à la maison peut grésiller chez le propriétaire, mais, en général, il est équilibré, n'aime pas s'engager dans des conflits, montre une agression extrêmement rarement. Peut bien se faire des amis avec d’autres animaux, y compris le chien. Diffère l'observation, s'habitue à un certain arrangement d'objets. N'aime pas les invités et évite. Les animaux domestiques ont tendance à montrer une activité nocturne, ce qui cause des inconvénients aux propriétaires.

Prendre soin de chats de la forêt ne présente pas de difficulté particulière - il suffit de consulter régulièrement le vétérinaire, de peigner les cheveux une fois par semaine, de nourrir un régime équilibré. L'animal vivant dans l'appartement, il faut marcher. Le régime alimentaire à base de protéines, de lipides et de glucides ne devrait pas différer de celui utilisé à l'état sauvage. Il devrait comprendre des abats, de la viande maigre, du poisson et des suppléments de vitamines.

Les chats sauvages sont en bonne santé et avec les soins appropriés peuvent vivre plus de 15 ans.

Vous pouvez acheter un chat de forêt dans une pépinière spécialisée. Le coût de la race est assez élevé, le prix commence à partir de 10 000 roubles.

Espèce: Felis silvestris Schreber = Chat sauvage [européen, forestier]

Chat sauvage ou forêt, Wildcat européen Nom latin: Felis silvestris Schreber.

Parfois, un chat de forêt et un chat de steppe (F. lybica) à proximité sont combinés en une seule espèce sous le nom commun de chat de forêt. Sous-espèce: Chat des forêts du Caucase / Felis silvestris caucasica

Initialement, la zone recouvrait la majeure partie de l'Europe occidentale et centrale: au nord - jusqu'en Angleterre et à la mer Baltique, au sud, comprenait l'Espagne, l'Italie, la péninsule balkanique, l'Asie mineure, le Caucase, sa frontière nord-est traversait les régions occidentales de l'ex-Union soviétique.

La sous-espèce de race blanche F. s., Vit en Russie. caucasica. Région en Russie à propos de s'empare des régions méridionales des territoires du Daguestan, de la Tchétchénie, de Stavropol et de Krasnodar, de la Kabardino-Balkarie, de l'Ossétie du Nord et de l'Adyguée. La limite nord de l'aire de répartition dans le territoire de Krasnodar est d'environ 45 ° N, à l'est. la frontière descend 1-2 degrés sud. Sur les territoires adjacents, le chat des forêts vit en Géorgie, en Arménie et en Azerbaïdjan.

Un chat de forêt ressemble à un chat domestique gris ordinaire, en particulier en ce qui concerne la coloration. Il est donc souvent difficile de les reconnaître, d'autant plus que les chats domestiques sont souvent déchaînés. Sa queue est plus courte que celle d'un chat domestique, duveteuse et épaisse, à la pointe émoussée. Les oreilles sont moyennes, arrondies-triangulaires, sans pompons, largement espacées. Le pelage est de longueur moyenne, relativement uniforme - seuls les poils de la queue sont beaucoup plus longs. Manteau d'hiver moelleux et épais. Les chats sauvages muent deux fois par an: la mue printanière se termine en mai, la mue d'automne à la mi-novembre.

Les traces ne se distinguent pas des traces d'un chat domestique et ne sont que légèrement plus grandes chez les adultes. Les chats ont cinq doigts sur chacune des pattes avant et seulement quatre doigts sur leur postérieur. Les chats ont des griffes qui peuvent se rétracter dans la gaine lorsqu'elles ne sont pas utilisées.

Les dents de chat sont extrêmement spécialisées. Les crocs sont excellents pour faire des victimes (garder le tuer). Les pinacles sont spécialisés dans la mastication. La langue est recouverte de très petites papilles tordues utilisées pour le toilettage et le léchage de la viande provenant des os. Bien que les chats aient une moustache, ils n'ont pas de cils. Ils ont une paupière interne complète, ou une membrane clignotante, qui protège l'œil des dommages et du dessèchement.

Couleur: Le ton général est gris. Un trait caractéristique de la coloration est une étroite bande noire allant des omoplates le long de la crête sur tout le dos, passant parfois au-dessus de la queue. Sur le front et la couronne, il y a 4 bandes longitudinales noires. Les côtés et le côté extérieur des pattes présentent des bandes sombres ou des taches non uniformes. L'abdomen et les surfaces internes des pattes sont plus légers, avec un soupçon d'ocre, qui apparaît également sur le visage de la tête. Sur la gorge, il y a parfois une tache blanche, moins souvent des taches blanches entre les pattes antérieures et dans l'aine. Queue: l'extrémité (plusieurs centimètres) est uniformément noire, puis - 5-7 bandes annulaires transversales, plus noires et larges par l'extrémité, moins - à la racine.

En été, la fourrure est plus légère, avec un moindre mélange d'ocre et un motif moins prononcé. Chez les jeunes chatons qui n'ont pas encore quitté la tanière, les taches noires veloutées sont plus claires et plus larges que l'arrière-plan principal. Peut-être que le motif et la couleur s'estompent avec l'âge. Il n'y a pratiquement aucune différence de couleur entre les sexes.

Un homme adulte atteint 91 cm de longueur (à 43 cm de hauteur aux épaules), la femelle 40 à 77 cm.

Poids: Le poids, en fonction de l'âge, de la saison et de l'abondance des aliments, varie de 3,3 à 7,7 kg chez les hommes et de 2,6 à 5,8 kg chez les femmes. Les données sur le poids des hommes jusqu'à 11,5 ans et des femmes jusqu'à 10 kg soulèvent de sérieux doutes. Les mentions de chats pesant 15 et même 18 kg sont considérées comme des conséquences des exagérations de chasse.

Durée de vie: La durée de vie maximale dans la nature est de 15 ans, en captivité - jusqu'à 30 ans.

Voix: Les sons d'un chat de forêt ressemblent aux cris des chats domestiques. Ils comprennent notamment des sifflements agressifs et des hurlements, des ronronnements doux, des sifflements et autres sons.

Habitat: Contrairement au lynx, une espèce principalement de la taïga, le chat des forêts est un habitant typique des forêts de feuillus et des forêts mixtes, qui détermine son habitat. L'habitat le plus typique de cette espèce est la forêt de feuillus (dans les Carpates, il s'agit principalement de hêtres). Dans les montagnes, il préfère les zones rocheuses et caillouteuses, où il loge dans des crevasses ou des placers, s’installe également dans des niches (généralement peu élevées), dans des niches de troncs tombés et peut occuper des renards de renards et de blaireaux abandonnés.

Cependant, le chat vit dans des régions plus au sud dépourvues de forêts, peuplées principalement de marais, de buissons de roseaux et de talc le long des rivières et même de la mer (au Daghestan, par exemple). Ici pour lui au moins les arbres individuels sont d'une importance particulière, dans les creux dont il organise le logement. Un chat sauvage peut même vivre sur des îles flottantes: un repaire est généralement situé dans le centre, à côté, un terrain de jeu où les chatons sont mangés et les chatons jouent, et un peu plus loin, des toilettes. Dans les vallées fluviales, entre marécages et garrigues, on le trouve parfois avec le chat de Kamyshev.

Dans les montagnes du Caucase, il vit à une altitude allant de 2 500 à 3 000 m, principalement dans la ceinture de forêts de feuillus, moins souvent dans les forêts de conifères. Dans la partie inférieure du Terek et du Kouban, vit dans les roseaux et les fourrés d'arbustes. Préfère les zones forestières sourdes.

Ennemis: Ennemis et concurrents du chat de la forêt - chat à anches, lynx, chacal, renard, martre. En particulier, dans les Carpates, le départ du chat des zones où le lynx est entré a été noté. Le danger le plus grave, malgré sa supériorité en taille, concerne le chat martre - lui-même une proie de chat sauvage -, il provoque la mort de nombreux jeunes chats, en particulier en Europe centrale. En ce qui concerne le chat de roseau, son aire de répartition ne croise celle de forêt que par endroits - en particulier dans le Caucase et même là, ces espèces sont séparées biotopiquement: le roseau habite les zones basses et la forêt s’installe plus haut - sur les versants de la montagne. Il n'y a pas de données concernant le renard, le chacal évite lui-même un chat sauvage, laissant la charogne à son apparition et ne recommencant à manger qu'après le départ du chat.

Le chat de la forêt est un prédateur typique avec une large gamme de proies. Sa nourriture habituelle est constituée de petits rongeurs: souris, campagnols, loirs. En second lieu se trouvent les oiseaux, en particulier les poulets - au Daghestan, par exemple, les couvées de perdrix et de faisans souffrent d'un chat sauvage. Les petits oiseaux jouent un rôle moins important dans le régime alimentaire. Au siècle dernier, le chat chassait une outarde et, une fois, même des plumes d'un aigle à queue blanche ont été retrouvées dans le repaire.

Dans les habitats proches de l'eau, sa nourriture principale est le rat gris, le campagnol d'eau, le rat musqué, parfois le nutria et les oiseaux qui nichent ici - foulques, chaps, canards gris. Le chat attrape des poissons, en particulier la truite dans les petits cours d'eau pendant le frai, mange des écrevisses, des mollusques, des insectes et occasionnellement des plantes, principalement des feuilles de carex et de céréales. Il chasse les lièvres et les lapins, les insectivores (taupes, musaraignes), les reptiles (lézards et peut-être des serpents) et peut chasser les petits prédateurs (fouines, hermines, furets, martres). Ses attaques contre les jeunes chevreuils et chamois ont été signalées à plusieurs reprises, peut-être même par certains chats.

Les chats des forêts sauvages ont une audition et une vision bien développées, leur talent est plus faible. Les oreilles de chat peuvent pivoter rapidement pour identifier la source d'un son particulier et peuvent répondre à des fréquences pouvant atteindre 25 000 alternances par seconde. Grâce à cette capacité, les chats peuvent même entendre le bruit ultrasonore généré par les petits rongeurs. Cela leur permet parfois de détecter et de capturer des proies qu'ils ne voient pas. Leur vision est bonne, mais probablement pas meilleure que celle des humains. Le nombre de couleurs que les chats voient est plus petit que le spectre humain. Les yeux des chats sont situés sur le devant de la tête. Bien que cela leur permette d'avoir une excellente perception de la profondeur (vision stéréoscopique) est un outil utile lors de la chasse, les chats ne peuvent pas voir les objets directement sous leur nez. Ils ont également la capacité de voir même de très petits mouvements, ce qui les aide à détecter leurs proies à temps. Leurs yeux sont adaptés à la vision dans une lumière tamisée pour la poursuite d'une proie au crépuscule du soir ou avant l'aube.

Les moustaches, ou vibrisses, sont un autre organe sensoriel exceptionnel chez le chat. Les moustaches sont des poils spéciaux qui sont utilisés comme organes sensoriels extrêmement sensibles. Le chat utilise ses moustaches pour déterminer si son corps peut se faufiler à travers de petits trous, tels que de petits tuyaux ou d'autres objets. Ils les utilisent également pour détecter le mouvement des proies à proximité de leur museau.

Le chat est principalement nocturne, bien qu'il existe des informations sur la chasse de jour, principalement par temps couvert et surtout en été. Habituellement, la chasse commence une heure ou deux avant le coucher du soleil, au milieu de la nuit, il faut se reposer, et à l'aube, le chat se remet à la proie. Un chat sauvage européen a parcouru 10 km par nuit.

Обычным убежищем служат дупла, расселины в скалах и норы других животных. Среди камней и в норах коты выстилают жилища сухой травой, листьями, перьями, в дуплах же довольствуются естественной подстилкой из трухи. Летом они часто меняют места отдыха, стремясь избавиться от блох, особенно многочисленных в это время, зимой же, когда высокий снег затрудняет передвижение, могут подолгу держаться в одном логове. Не раз замечали их следы вблизи человеческих домов и даже в самих постройках - на чердаках сараев и дач.

Grimpe parfaitement aux arbres. Chasser depuis une embuscade ou un skradom, bouger complètement en silence.

Selon les objets de la chasse, ses méthodes sont différentes, mais il y a aussi des moments généraux. Le chat se faufile généralement jusqu'à la proie, et quand il s'approche, il l'attrape, fait plusieurs sauts et échoue au sol, il ne le suit pas. Cependant, si la victime sautait sur un arbre alors qu’elle chassait, elle pourrait la pourchasser, grimper jusqu’au sommet et même sauter d’arbre en arbre. Parfois, le chat regarde la proie à la sortie de son terrier ou de tout autre abri.

Petit chat chat griffe et tue, mordant dans le cou ou le cou, grands sauts sur le dos, essayant de ronger l'artère carotide. Si la chasse est réussie, un chat sauvage peut manger plus de deux douzaines de souris pesant au total environ un demi-kilo, mais chez les grandes proies, il ne s'intéresse généralement qu'à l'intérieur - le cœur, les poumons et le foie. En captivité, un animal adulte consomme généralement jusqu'à un kilogramme de viande par jour.

Dans les montagnes du Caucase se caractérisent par des migrations saisonnières régulières, notamment par les hivers neigeux et froids

Structure sociale: mène un style de vie solitaire secret. Le site individuel occupe environ 2-3 km2.

Pour communiquer, les chats utilisent une variété de sons qui communiquent des intentions différentes, ainsi que certains signaux visuels lors d'une réunion personnelle, tels que: lever les poils sur le côté dorsal, bouger la queue et les expressions faciales.

Les mâles de chats sauvages marquent les limites de leur territoire en pulvérisant de l'urine «parfumée» sur divers objets de leur parcelle. Les chats ont des glandes odorantes sur le front, autour de la bouche et près de la base de la queue. Le chat frotte ces glandes sur divers objets pour les marquer de son odeur.

Si les femelles des chats de la couvée restent généralement dans leur zone de naissance, les mâles la quittent et tentent de trouver une zone de chasse individuelle ailleurs. Dans les zones à forte concentration de chats locaux en général, une sorte de hiérarchie se forme entre eux. Les chats nouvellement arrivés doivent passer par une série de luttes avec les animaux locaux avant que leur position dans la hiérarchie ne soit établie, et ils y occuperont une place digne (de la hiérarchie).

Reproduction: Les femmes, lorsqu'elles sont prêtes à se marier, émettent des odeurs extrêmement attrayantes pour les hommes. Pendant cette période du début de l'ornière, on entend des cris de chats de la forêt, semblables aux cris de chats domestiques, et des combats désespérés ont lieu entre les mâles. Les tournois de mariage se terminent par l'accouplement du chat le plus fort avec la femelle.

Avant d'accoucher, la femelle fait généralement son nid au creux d'un arbre ou dans les crevasses de rochers, parfois dans un vieux trou de blaireau ou de renard. Les chatons naissent à la fin d'avril ou en mai - aveugles et sans défense. Ils sont complètement recouverts de laine, comme des chatons de chat domestique, et peuvent ramper dans le repaire déjà en 3 jours. Les nouveau-nés pèsent entre 38 et 45 g. Leurs yeux bleu vif commencent à s'ouvrir les 9e et 11e jours, ils s'assombrissent au bout de deux semaines et prennent leur couleur adulte doré à l'âge de 5 mois environ. Les mères leur donnent du lait pendant 3-4 mois.

Bien que les chatons soient petits, la mère en prend grand soin, les protège des petits prédateurs et les transfère dans un autre repaire en danger. Les femelles se nourrissent avec zèle de leur progéniture, mais néanmoins de nombreux chatons meurent au cours des premiers mois de leur vie.

Des chatons d'un peu plus d'un mois sortent déjà de la tanière, jouent, grimpent aux arbres et commencent à manger de la viande. À partir de deux mois, ils partent à la chasse avec leur mère et restent avec elle environ cinq mois. Les chatons grandissent relativement vite et à l’automne, ils diffèrent peu des adultes et commencent une vie indépendante.

Les jeunes chats chassant seuls en août sont un phénomène courant, mais ils ont été remarqués à la mi-juin (réserve du Caucase). Il est décrit comment, dans les Carpates, avec la neige qui tombe, la femelle emmène la progéniture dans des sites plus bas, où elles restent - les unes après les autres, mais elle retourne elle-même sur son site.

Les mâles ne se soucient pas de leur progéniture. Cependant, il a été observé que des chats sauvages (mâles) apportaient de la nourriture dans le repaire, bien que la femelle l'ait poursuivi s'il s'approchait trop près de ses chatons.

Les femelles gravides et allaitantes avec des chatons, observées au cours de la seconde moitié de l'été et de l'automne, suggèrent deux portées par an, bien qu'il soit possible que la seconde n'apparaisse que si la première décède.

La proximité génétique de la forêt et des chats domestiques dans certaines conditions est une condition préalable à la formation de formes hybrides, dont la fréquence d'occurrence augmente proportionnellement au degré de transformation anthropique des habitats naturels et à la perturbation de la structure de la population du chat de la forêt. Cependant, dans les conditions du Nord. Le problème de la pureté génétique de la population de chats des forêts du Caucase n’est pas aussi grave qu’en Europe occidentale et méridionale.

Compte tenu des relations agressives entre les chats pendant la période de rut, il existe un doute sur la possibilité d'une compétition réussie des mâles domestiques, plus petits et plus faibles, avec des sauvages. On en conclut que l'hybridation ne peut affecter que le type de chat domestique. Cependant, non seulement les mâles sont sujets à la sauvagerie, mais apparemment, les femelles sont également touchées, et la progéniture des mâles sauvages qu'elles élèvent en conditions libres demeurera toujours avec la population sauvage, se mêlant en quelque sorte à celle-ci.

Ainsi, si la possibilité même d’hybridation entre un chat domestique et un chat sauvage est tout à fait naturelle, les opinions sur ses écailles naturelles réelles divergent sérieusement.

Saison / saison de reproduction: En Ukraine et dans le Caucase, la période de rut se situe en février-mars et, dans les régions plus chaudes, elle peut commencer en janvier et même en décembre.

Puberté: les femelles deviennent sexuellement matures au cours de la deuxième année de vie, les mâles au cours de la troisième année.

Grossesse: La grossesse dure environ 2 mois (63 à 68 jours).

Descendance: Nombre de nouveau-nés - 1-7 (généralement 3-4)

Les chats qui s'installent près de l'habitation peuvent manger de la volaille. Le chat de la forêt blesse la destruction de divers oiseaux, mais il se nourrit parfois presque exclusivement de petits rongeurs, qu'il mange en grand nombre, ce qui présente un avantage évident. Dans le Caucase, dans les endroits où il y a de nombreux faisans et turacs, il est sans aucun doute nuisible car il détruit ces précieux oiseaux.

Sa valeur commerciale n'est pas grande. Bien que dans le milieu du XX siècle. le nombre de chats a été influencé par la chasse - dans les années 50. dans le nord du Caucase, jusqu'à 5 000 peaux sont récoltées chaque année. Dans les conditions modernes, la chasse n’est pas un facteur limitant important et n’est généralement pas ciblée. Le chat de forêt tombe souvent dans les pièges et les pièges posés sur des martres.

Les chats locaux sont porteurs de toute une gamme de maladies pouvant être transmises à l'homme, notamment la rage, la fièvre féline et plusieurs infections parasitaires.

Répertorié à l'Annexe 2 de la CITES, l'Annexe 2 de la Convention de Berne.

Il est protégé dans un certain nombre de réserves (Caucase, Teberdinsky, etc.) et dans les réserves du Nord-Est. Caucase La catégorie: 3 est une espèce rare avec un petit nombre et commune dans une zone limitée. Aucune mesure de sécurité spéciale n'a été développée. Le problème de la préservation d’un chat de forêt en Russie est étroitement lié au problème de la rationalisation des activités d’exploitation forestière dans le Nord. Caucase et la préservation d'une ceinture unique de forêts de feuillus.

Pour plusieurs raisons, dont la principale est la réduction des forêts, dans de nombreux pays européens, le chat des forêts a disparu. En tant qu'espèce disparue, elle est inscrite dans le livre rouge de la Biélorussie. Sa préservation en Lituanie pose problème. En Moldavie (environ au milieu des années 80), il restait 60 à 70 personnes. En Ukraine, il s'est récemment répandu assez largement: partout en Polésie, en particulier à l'ouest, dans les Carpates - à une altitude de 1 200 à 1 400 m - et dans la Transcarpathie, ainsi que dans le sud-ouest le long des cours inférieurs des rivières. Aujourd'hui, il n'est conservé que dans les Carpates (300 à 400 individus) et éventuellement à l'embouchure du Danube.

Au cours des dernières décennies, le nombre et l'aire de répartition du chat de forêt du Caucase en Russie ont diminué principalement en raison de la destruction de biotopes naturels. Voir disparu dans le cours inférieur de la rivière. Sulak (Daguestan), le nombre de personnes vivant dans les régions montagneuses a diminué en raison de la destruction en cours des forêts de feuillus. Dans les biotopes les plus optimaux, la densité de population peut atteindre 20-30 individus / km2, mais ne dépasse généralement pas 1-2. La densité de la population de chats des forêts dans les conditions du Caucase est sujette à des fluctuations avec des périodes d'environ 2-3 ans, qui sont généralement associées à la dynamique du nombre de rongeurs ressemblant à des souris et à des conditions météorologiques défavorables (hivers froids et neigeux).

Les données sur le nombre total de chats des forêts en Russie ne sont pas disponibles. Au Daghestan à la fin des années 80. il y avait environ 100 individus de cette espèce.

Captivité

Le chat de la forêt est un animal sauvage, mais grâce aux efforts des éleveurs, l’élevage d’animaux domestiques adapté à un habitat limité est réalisé.

Les chatons nés en captivité ne sont pas privés de liberté naturelle et d’autosuffisance, il n’ya donc pas besoin d’espérer acquérir un animal de compagnie accommodant et sans caractère.

Chat de la forêt aime l'espace et ne peut pas être gardé dans l'appartement

Pour une vie normale à la maison, il est nécessaire de créer les conditions suivantes:

  • équiper maisonoù le chat va se reposer et se retirer du ménage,
  • équiper lieu de repas et buveur,
  • établir une structure à plusieurs niveaux dans la pièce où l'animal pourrait monter,
  • visiter régulièrement le vétérinaire pour les inspections de routine et les vaccinations,
  • développer une alimentation équilibrée.

Limiter l'habitat aux murs d'un petit appartement est considéré comme une moquerie. Dans des conditions favorables, l'animal peut vivre jusqu'à 15 ans.

L'habitat du zoo est considéré comme plus sûr et plus confortable, où des enclos spéciaux avec des arbres et des structures sont aménagés pour les chats. Les repas sont servis par les ouvriers du parc à certaines heures, ce qui atténue l'instinct de chasse d'un prédateur.

Les règles de base pour prendre soin d'un chat de forêt ne diffèrent pas beaucoup des autres races de Fuzzies. Mais créer un microclimat confortable sans amour pour l'animal ne marche pas, même si vous réfléchissez à la situation et au problème de la nutrition dans les moindres détails.

Pin
Send
Share
Send
Send

zoo-club-org